Apparu sur l'autel dans le saint des saints du Temple de Jérusalem, le chandelier à neuf branches  continua d'être protégé malgré son vol lors du saccage du temple. Toujours porteur d'un futur alphabet à venir différent de l'abécédaire hébreu, ce luminaire des neuf nombres, Moîse l'avait reçu de son formateur avant le départ des Israelites maintenant libérés du joug de Ramsès.

Ce formateur, un jeune prince arabe du nom d'Abd-ru-Shin (Fils de la lumière), chef du peuple des Isras d'une oasis, en lui remettant ce chandelier, préparait ainsi son propre retour des millénaires plus tard.

La gutturalité d'une voix se râclant la gorge des grains de sable du désert se retrouvera dans la langue allemande réformée par Luther, que le nouveau messager de la Vérité parlera lors de son  retour. En écrivant Im Lichte der Warheit (Dans la Lumière de la Vérité), sous le pseudonyme de son premier nom arabe, l'Auteur du Message du Graal viendra tout révéler des lois de la création tel que l'avait annoncé Jésus en parlant du Consolateur.

À tous ceux qui ont consulté ou qui consulteront les encyclopédies ou le site web, remarquez la différence du nombre de lettres dans l'alphabet hébreu  et dans celui de la langue allemande. C'est toute la différence entre le chandelier à neuf branches et à celui de sept. Il en est ainsi de leur valeur.

Elles ont cependant en commun leur division ternaire, 3, nombre de la Lumière. 3x3=9.

Voilà ainsi annoncée l'explication du nombre 9, la foi conviction, dont le symbole est le cercle, le cycle éternel du commencement et de la fin, la roue mouvante de la Vie à travers les siècles et les millénaires.

Loherangrin