Si la naissance et la mort, au cours de cette vie terrestre, sont deux pôles dans l’existence des esprits créés, naissance dans l’au-delà et renaissance dans l’en deçà sont des notions complémentaires  expliquées dans la nouvelle Révélation.

     Pour éviter d’avoir un savoir fragmentaire de la connaissance du chandelier d’or, il faut prendre le temps de distiller les informations. Ainsi,  la lente maturation de leur acquisition,  permettra à l’étincelle qui s’échappe du foyer de notre être de se mettre en mouvement afin de saisir la Cohérence du grand Œuvre venu du Graal et révélé par l’Esprit infini.

     Cette absence de contradiction dans l’harmonie du chandelier et l’homogénéité des rapports reflètent la récurrence des parties révélées et sa corrélation parfaite avec le Message du Graal. Autant l’ensemble de la Création est ordonné selon les mêmes lois, autant le respect de l’individualité y figure.

     La structure symétrique de la structure des lois des nombres du candélabre d’or renferme en son sein la quintessence de toute chose: l’Amour.  La lettre U se nouant à cette branche dessine même les orbites elliptiques des branches se poursuivant dans la matière subtile, préfigurant l'atome avec ses électrons et son noyau.

     La disposition du nombre des lettres  ainsi que leur valeur sur les branches des nombres ne sont  pas toujours uniformes comme le seraient les taches regroupées sur les ailes identiques d’un papillon. Les nœuds des branches, représentatifs des diverses enveloppes de l’âme humaine et de son noyau, varient pour la loi des nombres de la Lumière et de la Nature. Les autres étant trines. Cette particularité se retrouve aussi dans la valeur des lettres (leurs poids) selon qu’elles se retrouvent dans leur densité respective.

     Sans doute on pourrait  convenir que le conducteur d'un véhicule quelconque n’est pas tenu, de nos jours,  de connaître les rudiments de son fonctionnement en autant qu’il sache tenir le volant, ralentir, freiner, et le nourrir de combustible. Les mécaniciens, maîtres du mécanisme et outillés de l’instrument adéquat, y suppléent pour les réparations.

     Cependant, si l’aventurier s’engage en dehors des sentiers battus pour explorer le langage particulier de la Parole, son appel – sa vocation, diraient d’autres- l’obligerait à se regrouper dans la caste des prêtres.

     Il lui appartiendra de prendre connaissance des autres noms des lois des nombres et de goûter à l’élixir des grappes de leurs lettres.

     Quant il y sera parvenu, il deviendra gardien d’une des clefs d’interprétation de la Lumière et de la Vérité.

     Tandis que  tous les autres auront passé leur chemin, il saura su  l’unité de la rose et du lys, il aura humé le parfum de leurs pétales, il aura vu la cime des montagnes découper l’azur du ciel, il aura entendu le roucoulement de la colombe.

     Principalement, il aura puisé à la source vive pour y abreuver son âme et y retrouver la liberté.

 

    Loherangrin