Réparer ses erreurs fait partie des bonnes habitudes à développer pour éviter bien des ennuis à d'autres personnes au même titre que d'être clair dans ses propos pour éviter des ambiguités.

Lors de notre poème dédié à Octandre nous avons accolé des lettres pour préciser les accords tombant sur certaines syllabes.  Nous avons omis de citer le nom de l'air qui l'accompagnait. Il s'agit de J'ai pour toi un lac du chansonnier québécois Gilles Vigneault.

Dans la langue des oiseaux, nous aurions pu dire G pour toi un LA.

Évidemment, lorsque nous avons cité le nom de ces accords, mêmes lettres utilisées pour les notes, nous aurions du  attribuer une lettre issue du texte même pour illustrer notre propos de la musique pouvant s'extraire ou se distiller de la poésie.

                                                                   Am   C   E    C  A    E7

Ainsi, Ma chère Octandre donnerait :  Ma chère  Octandre

Normand Pelletier